Masha en Occitanie

14 août 2019

Mort contre la montre - Jorge Zepeda Patterson

Pour gagner une étape du  Tour de France, certains cyclistes sont prêts à se lancer dans des descentes suicides à plus de quatre-vingt-dix kilomètres-heures, mais d'autres n'hésitent pas ... à tuer. Cette année-là, sur la Grande Boucle, les accidents à répétition prennent des allures de sabotage. Pour débusquer le ou les coupables, la police demande à Marc Moreau, un jeune coureur franco-colombien, de mener l'enquête de l'intérieur. Coéquipier dévoué, surnommé Annibal pour sa facilité à franchir les cols, Marc appartient à l'équipe du favori. En éternel second, mais aussi en possible rival, voilà qu'il se découvre d'abord victime puis suspect, écartelé entre la rassurante soumission au "patron" et l'envie soudaine de prendre en main son destin, de montrer qu'il a, lui aussi, l'étoffe des héros.

Mort CLM

Parmi tous les titres sortis en juin autour de la Grande Boucle, le livre écrit par le journaliste mexicain Jorge Zepeda Patterson détonne. Contrairement à d'autres, il n'a pas été publié par une maison d'édition spécialisée dans le sport mais par Actes Sud, connus notamment pour avoir "importé" la Saga Millenium en France. Un livre se déroulant pendant la Grande Messe du mois de Juillet, publié par les rois du Polar, voilà qui était tentant. Et je n'ai pas été déçu. J'ai dévoré le livre en deux jours, à peine.

Dés la première page, le ton est donné : le narrateur est menacé "Dimanche, [...] je serai dans un tiroir de la morgue ou maillot jaune, vainqueur du Tour de France." Le narrateur, c'est Marc Moreau, franco-colombien, grégario de luxe qui entretient une relation fraternelle fusionnelle avec son leader, Steve Panata.

Le roman suit la chronologie du Tour de France 2015 avec son départ d'Utrecht et son avant-dernière étape à l'Alpe d'Huez. Le scénario est un peu différent de la réalité ...

Au soir de la 7ème étape, Marc Moreau est accosté par l'inspecteur Favre. Ce dernier l'informe d'une suite d'évenements suspects qui se sont déroulés sur les premières étapes du Tour et lui demande d'être son informateur dans le peloton. Cette demande n'est pas faite au hasard, Marc Moreau avait reçu une formation d'inspecteur de police militaire lors de ses quatre années dans l'armée.

Favre demande de l'aide à Moreau suite à la découverte du corps d'un coureur britannique dont tout laisse à penser qu'il a été assassiné.

Au fil des chapitres, nous suivons l'intensité de la course de l'intérieur, l'enquête de Moreau, ses rencontres avec Favre et bien d'autres protagonistes. Je ne vous cache pas que je me suis (un peu) perdue dans les personnages secondaires, les services de sécurité qui surveillent les services de sécurité, etc ...

Mais cette toile d'araignée ne gâche en rien la qualité du roman. L'enquête est bien ficelée et il faut attendre la dernière page (ou presque) pour connaître le fin mot de l'histoire.

Je recommande cette lecture à tous les fans de la Grande Boucle mais aussi aux accros aux Polar. En effet, pas besoin d'avoir de grande connaissance de la petite reine pour apprécier cette enquête de Marc Moreau.

Bonne lecture !

Posté par Marie_Occitanie à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 août 2019

Le Templier de Cordes - Guy Caillens

-1348-
La peste bubonique menace Cordes-sur-Ciel, la belle et puissante cité médiévale du Tarn.
Guillaume de Montfort, qui se sent proche de la fin, décide alors de relater à son fils l’incroyable histoire de sa vie. Ainsi, il va dérouler devant son scribe l’écheveau d’une existence riche en rebondissements, liée à l’ordre des Templiers. Il raconte les grandes croisades, la chute de Saint-Jean d’Acre en Terre sainte, et le déclin de l’Ordre.
Tiraillé entre les Templiers qui l’ont recueilli et l’avenir qu’il veut se construire, Guillaume de Montfort devra faire des choix terriblement difficiles...

Templier Cordes

Lorsqu'on choisit un livre, c'est souvent pour l'auteur ou le résumé. Dans mon cas, cela fut pour sa couverture qui représente la cité médiévale de Cordes sur Ciel, petit village au coeur de l'occitanie où j'ai effectué une partie de ma scolarité.

Ce roman retrace une partie de la vie de Guillaume de Montfort, entre quelques années de sa vie d'adulte précédent la chute de l'ordre des Templier et la fin de sa vie à Cordes sur Ciel.

Alors que la peste noire faite des ravages dans toute l'Europe, Guillaume de Montfort décide d'écrire ses mémoires et fait appel à un jeune scribe tombé, par hasard, dans son jardin !

Au fil des chapitres; on alterne entre la cité de Cordes menacée par la mort et les nombreuses étapes de la vie de Guillaume. Un des personnages récurrents du livre est l'ordre du temple qui désire l'adhésion de Guillaume de Montfort.

J'ai particulièrement aimé ce livre car une partie de l'intrigue se déroule dans ma région. Certains lieux sont particulièrement familiers : Cordes sur Ciel, la forêt de Grésigne, la commanderie des Templiers de Vaour ...

"L'étape de ce dimanche, je la connaissais bien. [...] Vaour, en Albigès, c'était chez moi. [...] passé le castel neuf de Montmiral, la montée vers mes souvenirs d'enfance me rendit fébrile. Délaissant le village, je franchis l'ultime côte qui menait à la commanderie."

Posté par Marie_Occitanie à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juillet 2019

Les forçats de la route - Albert Londres

1924, le Tour de France s'élance dans la poussière de juin. Albert Londres, qui découvre le milieu, embarque avec ceux qu'il aura tôt fait de baptiser « les forçats de la route ». Les Bottechia, Pélissier et Thys dévorent la France en quinze étapes, de jour comme de nuit.
« Voulez-vous voir comment nous marchons ? Tenez...
De son sac il sort une fiole :
- Ça c'est de la cocaïne, pour les yeux, ça c'est du chloroforme, pour les gencives...
- Et des pilules. Voulez-vous voir des pilules ? Tenez, voilà des pilules.
- Ils en sortent trois boîtes chacun.
Bref, dit Francis, nous marchons à la dynamite. »
Sur cent cinquante, ils arriveront soixante.

les-forcats-de-la-route

Albert Londres était un grand reporter. il avait notamment couvert la 1ère Guerre Mondiale dans toute l'europe. Depuis 1933, le Prix Albert Londres récompense les meilleurs journalistes francophones.

En 1924, Albert Londres a suivi le Tour de France et a rédigé une série d'articles pour le journal "Le Petit Parisien".

Il nous décrit la lutte de ses hommes contre le temps, les éléments et contre eux-mêmes. Une plongée au coeur du peloton qui force le respect. Albert Londres nous présente les coureurs, ceux qui résiste jusqu'au bout pour voir leur rêve brisé pour quelques minutes et ceux qui abandonnent car la rétribution n'est pas suffisante à leurs goûts.

En 1924, le parcours comptait 15 étapes pour un total de 5425km. Soit une moyenne de 361 km par étape !!

En ce début de dernière semaine du Tour de France, je vous conseille cette courte lecture pour accompagner les coureurs dans les quelques étapes qu'il reste à faire.

Dans le même genre, je vous conseille "Giro" de Dino Buzatti qui retrace le Tour d'Italie 1949 sous la plume du célèbre écrivain italien, embarqué malgré lui à la suite des forçats de la route sur les pentes de l'Etna.

Posté par Marie_Occitanie à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2019

La dernière étape - Alfred Azkabade

Le Tour de France ? Une hérésie pour Hugo Taquelin, jeune journaliste allergique aux coureurs bariolés et aux hôtesses Cochonou. Mais quand, la veille du départ, le patron de la Grande Boucle est retrouvé la tête éclatée dans son bureau, Hugo n’a d’autre choix que d’intégrer la caravane pour suivre l’enquête. Pendant trois semaines, épaulé par un collègue déroutant et un père longtemps absent, il va devoir se fondre dans cet univers qui le dépasse. Mais c’est en acceptant de s’y perdre qu’il découvrira la face cachée du Tour, son organisation tentaculaire, ses légendes lumineuses, ses secrets inavouables. Et qu’étape après étape, il finira par approcher la vérité.

Azkabade

A quelques semaines du début du Tour de France, Alfred Azkabade nous amène sur le porte bagage de son scooter au coeur du grand cirque qu'est La Grand Boucle.

Tout commence la veille du prologue lorsque le corps du directeur de la course est retrouvé sans vie dans son bureau. Hugo Taquelin, jeune journaliste plus habitué aux chroniques judiciaires qu'aux compte-rendus de course, se retrouve largué au coeur de la caravane du Tour quand son patron lui demande de suivre l'enquète (et donc la course).

Chaque chapitre est une étape du Tour, un jour de course. On suit les étapes de plaine, longues et tellement prévisibles.

Pour les fans de vélo, on passe un bon moment dans cette course qui passe par TOUS les monuments de la Grande Boucle. Ils sont tous là : les pavés de Roubaix, la Trouée d'Aremberg, le mur de Mur de Bretagne, le col d'Aubisque, le Ventoux, l'Alpe d'Huez ... Un Tour Royal comme fil rouge !

L'enquète est là aussi avec des rebondissements, des fausses pistes et un dénouement étonnant.

Ce livre est une déclaration d'amour à la Grande Boucle. Il est difficile de trouver des infos sur l'auteur sur internet mais on peut être certain d'une chose : il aime cette course, profondément. Il y a en filigrane une petite critique du format actuel de la course avec ces étapes longues réservées aux sprinteurs en première semaine, ces contre-la-montre pas vraiment adaptés aux coureurs français ... mais lorsqu'il décrit l'étape du Ventoux, on comprend qu'il aime beaucoup le vélo !

Un moment de lecture sympatique pour les amoureux de la petite reine !

Posté par Marie_Occitanie à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juin 2019

Les passeurs de livres de Daraya - Delphine Minoui

Bachar al-Assad s'était juré de les enterrer vivants, d'ensevelir leur ville et leurs espoirs. Daraya, un des berceaux du printemps syrien de 2011, à sept kilomètres de Damas, est devenu un tombeau à ciel ouvert. Mais sous les bombes, les derniers insoumis assiégés ont bâti une forteresse de papier pour résister : pendant quatre années de blocus, Ahmad, Shadi, Hussam ou Omar ont exhumé des milliers d'ouvrages ensevelis sous les décombres de la ville et les ont rassemblés dans une bibliothèque secrète, calfeutrée dans un sous-sol. Au cœur du chaos, un refuge où la parole circule, contre les atrocités, l'absurde, l'oubli...

Daraya

Quel coup de coeur pour ce livre !! Ce petit livre (à peine 163 pages pour la version poche) est une véritable pépite !

Tout commence lorsque Delphine Minoui, grand reporter et spécialiste du Moyen-Orient, tombe un jour sur une photo montrant des jeunes en train de lire dans une bibliothèque secrète à Daraya. Cette photo l'interpelle car Daraya, située en banlieue de Damas, est surtout connue pour son opposition au régime de Al-Assad. Elle fait alors appel à son réseau et rentre en contact avec ses "Passeurs de livres".

Cette bibliothèque secrète, installée dans le sous-sol d'un immeuble, a été crée pour sauver les livres que les combattants trouvaient dans les ruines de la ville. Ils notent le nom de chaque propriétaire sur chaque livre avec l'espoir de les rendre un jour.

A travers ce documentaire, Delphine Minoui nous amène au coeur de Daraya, où la population résiste malgré les assauts incessants de l'armée Syrienne. Les livres constituent un échappatoire pour ces rebelles, une bouffée d'air frais entre deux barils de gaz sarin !

"Les livres, ces armes d'instruction massive qui font trembler les tyrans"

Ce livre contitue un document fort car les habitants se sont confiés à Delphine Minoui sur la guerre, les livres, leurs amours, la faim, le manque de tout. Comme ce moment fort où quarante-sept femmes de la ville ont enoyé un appel à l'aide pour demander quelques produits de première nécessité.

A lire ABSOLUMENT !!

Posté par Marie_Occitanie à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 avril 2019

La cage dorée - Camilla Läckberg

Faye a voué sa vie à Jack, elle a tout sacrifié pour lui. Mais lorsque Jack, coureur de jupons invétéré, la quitte pour une jeune collaboratrice, laissant Faye complètement démunie, l’amour fait place à la haine. La vengeance sera douce et impitoyable : il lui a tout pris, elle ne lui laissera rien.

CVT_La-cage-doree-tome-1--La-vengeance-dune-femme-es_3196

Pour moi, un nouveau livre de Camilla Läckberg est toujours un événement. Pour son nouveau roman, la reine du polar suédois a délaissé Erika Falck et ses acolytes et revient avec un dyptique ayant pour cadre les beaux quartiers de Stockholm.

Nous rencontrons Faye, épouse dévouée de Jack, qui s'ennuit dans sa vie de mère au foyer. Sa vie se résume à ses cours de yoga, sa fille et ses copines. Son mari la délaisse pour son boulot et ne manque jamais une occasion de la rabaisser.

Malgré les mises en garde de ses copines, Faye tombe de haut lorsque son mari la quitte et la laisse sans rien ou presque. Grand Seigneur, il accepte qu'elle prenne une valise de vêtements !

Après quelques semaines de dépression, elle se reprend en main et prépare sa vengeance. Son idée est de faire fortune et racheter petit à petit les actions de l'entreprise de Jack. Son idée peut paraître étonnante mais, au cours des nombreux flash-back dont Camilla Läckberg a le secret, on apprend qu'en fait, l'entreprise est surtout le bébé de Faye, qu'elle a beaucoup contribué à son succès. Mais son enfoiré de mari de lui a rien laissé.

Et puis, il y a ces cours extraits écrits en italique. Faye est en panique et demande à voir sa fille mais l'inspectrice de police sous-entend qu'elle serait morte. Ces petits passages sont distillés ici ou là dans le roman et il faut attendre la dernière page pour avoir le fin mot de l'histoire.

Camilla Läckberg mérite son titre de reine du polar, son nouveau roman nous tient en haleine jusqu'à la dernière page. Elle nous amène dans les coulisses de la haute-société suédoise où l'apparence et la réussite priment sur tout le reste. Elle a crée une nouvelle héroïne forte et battante à qui l'on souhaite une suite paisible ; elle l'a bien mérité !

Un second tome est annoncé. Sera-t-il une suite de l'histoire de Faye ou sera-t-il centré sur une des copines de Faye ? Nous attendons la suite avec impatience.

Posté par Marie_Occitanie à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 avril 2019

La faiseuse d'anges - Camilla Läckberg

Pâques 1974. Sur l’île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de traces. La table du dîner est soigneusement dressée, mais tous se sont volatilisés, à l’exception de la fillette d’un an et demi, Ebba. Sont-ils victimes d’un crime ou sont-ils tous partis de leur plein gré ? L’énigme ne sera jamais résolue. Des années plus tard, Ebba revient sur l’île et s’installe dans la maison familiale avec son mari. Les vieux secrets de la propriété ne vont pas tarder à ressurgir…

be2f466367ca7ef9b35d2bf72b57d029

Il y a bien longtemps que je n'avais pas lu de polars scandinaves. Et puis, il y a quelques semaines, l'envie est revenue. J'ai fouillé dans ma PAL immense (185 titres au dernier recensement) et retrouvé les livres de Camilla Läckberg qui attendaient sagement.

J'ai donc repris mes voyages en Scandinavie et suis retournée à Fjällbacka avec un plaisir immense. Bien sûr, il m'a fallu quelques chapitres pour me rappeler tous les personnages : Erika & Patrick ainsi que les autres membres de la famille, les collègues de travail, la ville de Fjällbacka. Mais en quelques pages seulement, l'immersion était totale et le plaisir de lecture intact.

Dans ce 8ème tome, un mystère vieux de plus de 40 ans ressurgit dans la mémoire collective avec le retour d'Ebba. L'histoire d'Ebba est tragique : en 1974, toute sa famille a disparu à l'heure du déjeuner le dimanche de Pâques. Aucun corps n'a jamais été retrouvé, pas même une goutte de sang, comme s'ils s'étaient volatilisés.

Quelques jours après son retour, un incendie éclate dans la maison. Puis, au cours de travaux dans la maison, Ebba et son mari trouve une énorme tâche sombre sous un plancher. Les analyses montrent qu'il s'agit de sang. Patrick Edström et ses collègues décident alors de rouvrir le dossier "Pâques 1974".

Dans son style habituel mélant enquête actuelle et flashback, Camilla Läckberg nous tient en haleine jusqu'à quelques pages de la fin. Bien qu'elle nous distille quelques indices, la révélation finale est toujours très soignée et très travaillée. Les petites histoires à côté sont bien dramatiques dans cet épisode et l'on découvre un peu plus l'histoire de Gosta, un ancien de commissariat. Quand au chef, comment dire ? Il est toujours aussi incompétent et fainéant !!

J'ai tellement adoré cette lecture que j'ai immédiatement enchainé sur le tome 9, Le Dompteur de Lions, dont je vous parlerai prochainement !

Posté par Marie_Occitanie à 10:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mars 2019

Fahrenheit 451 - Ray Bradbury

Montag est un pompier du futur d'un genre particulier : il brûle les livres. Jusqu'au jour où il se met à en lire, refuse le bonheur obligatoire et rêve d'un monde perdu où la littérature et l'imaginaire ne seraient pas bannis. Devenant du coup un dangereux criminel...

9781451673319-fr

Le chef-d'oeuvre de Ray Bradbury était la lecture commune de ce mois de Mars pour le Club de Lecture Vendredi Lecture. Cette lecture était une découverte (contrairement à celle d'Avril qui sera une rerere...lecture).

Montag est un pompier un peu particulier dont la mission n'est pas d'éteindre des incendies mais de brûler des livres. Il fait son travail avec plaisir (oui, oui, c'est la première phrase du livre : "Le plaisir d'incendier!")

Jusqu'au jour où il rencontre sa voisine qui, lors d'une petite discussion, distille le doute dans son esprit. Le doute est carrément là lorsque cette dernière disparaît. Montage va alors remettre en question sa vie et se rebeller contre le système établi.

Ray Bradbury a écrit "Fahrenheit 451" en 1953. Mais il est très inquiétant de remarquer à quel point l'auteur fut visionnaire. De nombreux passages sont aisément transposables à la société telle que nous la connaissons aujourd'hui.

"Après tout, on vit à l'époque du kleenex. On fait avec les gens comme avec les mouchoirs, on froisse après usage, on jette, on en prend un autre, on se mouche, on froisse, on jette".

"Bourrez les gens de données incombustibles, gorgez-les de "faits", qu'ils se sentent gavés, mais absolument "brillants" côté information.Ils auront alors l'impression de penser, ils auront le sentiment du mouvement tout en faisant du surplace"

Cette semaine, j'ai également découvert l'appli de lecture lovni qui nous propose chaque semaine de cours textes. Une manière sympathique de toujours avoir un peu de lecture dans notre poche. Parmi la sélection cette semaine, se trouve la nouvelle "Le Scandale de Zacharias Ascaris" qui parle d'un livre connaissant un succès phénoménal avant de contaminer (et faire disparaître) les autres de livres. De telle sorte, qu'au bout de quelques mois, tous les livres ont été détruits. Cette courte nouvelle fait écho à notre lecture commune en parlant de la disparition de notre patrimoine livresque. Que deviendrions-nous si les livres disparaissaient ?

CLVL-Mars-2019

Posté par Marie_Occitanie à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 mars 2019

Grand Ecran #2

Cette semaine, j'ai pu assister à une réunion avec mes amis cinéphiles au cours de laquelle nous avons vu "Marie Stuart, Reine d'Ecosse".

marie stuart


Le destin tumultueux de la charismatique Marie Stuart. Épouse du Roi de France à 16 ans, elle se retrouve veuve à 18 ans et refuse de se remarier conformément à la tradition. Au lieu de cela elle repart dans son Écosse natale réclamer le trône qui lui revient de droit. Mais la poigne d’Élisabeth Iʳᵉ s’étend aussi bien sur l’Angleterre que l’Écosse. Les deux jeunes reines ne tardent pas à devenir de véritables sœurs ennemies et, entre peur et fascination réciproques, se battent pour la couronne d’Angleterre. Rivales aussi bien en pouvoir qu’en amour, toutes deux régnant sur un monde dirigé par des hommes, elles doivent impérativement statuer entre les liens du mariage ou leur indépendance. Mais Marie menace la souveraineté d’Elisabeth. Leurs deux cours sont minées par la trahison, la conspiration et la révolte qui mettent en péril leurs deux trônes et menacent de changer le cours de l’Histoire.

Je dois vous faire une confidence, je n'ai pas vu passer les deux heures que dure le film !! De la cours royale à Londres aux collines verdoyantes de l'Ecosse, la réalisatrice Josie Rourke nous amène dans les coulisses de la rivalité entre deux reines charismatiques. Au coeur de manigances menées par des hommes avides de pouvoir et pas vraiment prêts à se courber devant une dame !! Malgré leurs forts caractères à toutes les deux, elles sont souvent impuissantes devant la sournoiserie masculine !

Il y a un point que j'ai beaucoup apprécié, c'est quand Marie Stuart et ses dames de compagnie parlent de relations sexuelles et de règles. Ainsi que le fait que Marie accepte l'homosexualité de son "homme" de compagnie, les préférences de Rizzio ne lui posent pas aucun problème.

Par contre, je n'ai pas du tout aimé le moment où ce pauvre Rizzio paye pour ses préférences ...

Mention spéciale à David Tennant, méconnaissable sous sa longue barbe ! il joue divinement bien le pasteur rempli de haine pour cette reine Catholique !!

Une des membres de l'association qui ne pouvait pas être là m'a demandé si je pourrais lui dire si le film conviendrait pour des scolaires. Je pense qu'il convient bien pour des scolaires car il explique bien la rivalité entre Marie et Elisabeth, parle un peu des geurres avec les Huguenots et montre très bien les manigances pour le pouvoir.

Marie Stuart, Reine d'Écosse / Bande-annonce officielle VOST [Au cinéma le 27 février]

Posté par Marie_Occitanie à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mars 2019

La papeterie Tsubaki - Ito Ogawa

Hatako tient une petite papeterie à Kamakura. Elle est aussi écrivain public, comme sa grand-mère avant elle qui lui avait enseigné cet art d'écrire pour les autres. Cette papeterie Tsubaki devient rapidement un lieu de rencontres où se nouent des relations inattendues. Elle calligraphie des cartes d'anniversaire, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu ; d'autres clients veulent annoncer leur divorce, d'autres encore ont des exigences surprenantes auxquelles elle se plie avec bonheur. Grâce au talent d'Hatako et à son amour des autres, la petite papeterie devient le théâtre des réconciliations avec les autres et avec elle-même. Apaisée, le jeune femme pourra enfin écrire à sa grand-mère tout l'amour qu'elle n'avait jamais pu lui dire.

la-papeterie-tsubaki-1102341-264-432

Je dois vous avouer avoir d'abord été séduite par la magnifique couverture, tout en douceur et petit détail. Ensuite, en lisant le résumé où il est question de calligraphie.

Chaque page de ce récit est une douce poésie qui nous berce au gré des visiteurs de la papeterie.

Lorsque Hatako nous décrit la préparation de l'encre, le choix de la plume selon le mot à écrire, les mots qu'elle utilise ou encore le papier, tout a son importance.

Ce petit bijou se lit facilement et amène un peu de tendresse et de douceur dans ce monde de brute.

En faisant quelques recherches lors de ma lecture, j'ai découvert une adaptation télé du livre. Adaptation qui semble malheureusement indisponible hors du Japon.

ツバキ文具店~鎌倉代書屋物語~PR動画

Posté par Marie_Occitanie à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :